Dopage: le coup de gueule des athlètes

Dopage: le coup de gueule des athlètes

Actuellement, l'évènement mondial qu'est les Jeux-Olympiques a lieu et occupe toutes les têtes.

Les équipes françaises sont mécontentes dans cette compétition, et ils mettent sur le compte de leurs adversaires, qu'ils prétendent dopés, leurs défaites. Ce "coup de gueule" est-il justifié ?

Ayant perdu la finale du 100m dos de la compétition, le nageur Camille Lacourt (photo de couverture) a hier accusé ses adversaires d'avoir été contrôlés positifs plusieurs fois puis sanctionnés et "remis dans l'eau".

Ce serait, d'après lui le cas de Sun Yang, un nageur chinois contrôlé plusieurs fois positif et empêché de compétition pendant seulement trois mois. Dans un moment de colère peu après sa défaite, le français a même dit:

Sun Yang, il pisse violet

Camille Lacourt

en faisant allusion aux affaires de dopage qui touchent l'athlète chinois.

"Quand je vois le podium du 200 m nage libre, ça me donne envie de vomir. Je préfère retenir cette foule qui a crié quand on est rentré, ce bassin olympique qui est génial", a-t-il poursuivi.

Effctivement, le chinois, à son arrivée de la chambre d'appel, a été sifflé par des spectateurs.

Mais il n'est pas le seul.

La nageuse russe Yulia Efimova a elle aussi été huée lorsqu'elle est arrivée au bord du bassin, car elle aussi a été convaicue 2 fois de dopage puis disculpée.

Dopage: le coup de gueule des athlètes

Les nageurs ne sont pas les seuls à se plaindre de la non-suspesion des athlètes convaicus de dopage, loin de là. Sont présents dans la liste des athlètes de toutes disciplines et de toutes nationalités, et même des athlètes "retraités", comme Laure Manaudou ou son ancien entraîneur, Philippe Lucas, qui ont tous les deux eu des mots assez violents pour dénoncer les dopés.

 

Cependant d'un point de vue juridique il est impossible de suspendre à perpétuité un athlète, tout d'abord parce que chaque fédération sportive a ses lois de suspension, ensuite parce qu'il s'agirait d'appliquer une double peine aux athlètes convaicus de dopage, l'une venant de leur féédération et l'autre venat du CIO, Comité Internationnal Olympique.

 

 

Ainsi, le coup de gueule des athlètes a bien été entendu par tous, surtout les dénonciations de Camille Lacourt, qui emplissent les réseaux internets chinois et font polémique en Chine.

Tout ce que les athlètes désireraient est, après tout, le recompensement d'un vrai travail, et pas celui de produits chimiques...

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog