"Les Fourberies de Scapin" au Lucernaire

Les acteurs au grand complet

Les acteurs au grand complet

Depuis le 4 janvier jusqu'au 19 mars 2017, la troupe de l'Eternel été, qui a vu le jour en 2010, joue la célèbre pièce Les Fourberies de Scapin, de Jean-Baptiste Poquelin, connu plus souvent sous le nom de scène "Molière.

 

Mise en scène par Emmanuel Besnault, cette adaptation a visiblement pour objectif de rafraîchir le texte, de le dépoussiérer. Mais cela ne fait pas l'unanimité, surtout du côté de l'équipe de La Citadelle...

En effet, quoique le texte soit bien récité par les acteurs, la manière dont la pièce est interprétée par ces derniers n'est, à notre avis, pas la meilleure qui soit. Tout d'abord, dès le début de la représentation, les acteurs se mettent à hurler, Octave criant la peine qu'il a que son père rentre de son voyage pour marier son fils. Ces cris, accompagnés de sauts de la part de tous les acteurs à travers la scène.

Ensuite, au fil de la représentation, les interprètes, au nombre de cinq à évoluer sur les planches, incarnent chacun plusieurs personnages, sauf l'acteur interprétant Scapin, devant être toujours présent sur scène. Cela crée une sorte de malaise dû à la confusion chez le spectateur.

Enfin, au cours de la pièce, le spectateur est lui-même mis à contribution pour la représentation, par exemple lorsque Scapin tente de duper un père en l'enferment dans un sac. Ce sac est représenté pas une toile dégageant une certaine odeur plus que douteuse, mise de telle sorte que cela ressemble à une tente au dessus des spectateurs pendant que le père monte parmi les personnes formant l'auditoire. C'est alors que les spectateurs se sentent obligés de crier les mauvaises paroles devant être déclamées par les pseudo fantassins en arme bastonnant le sac.

 

 

Vous l'aurez compris, la vision de cette pièce ne nous a pas spécialement emballés.

Cependant pour les amateurs de mises en scènes modernes accompagnées de musique jouée par les acteurs eux-mêmes seront probablement enthousiasmés par la vision d'une représentation. Pour les autres, ils devront supporter pendant 1h20 environ, soit en se bouchant les oreilles en se disant qu'ils regardent un film muet des débuts du cinéma, soit en fermant les yeux et en imaginant qu'il s'agit une sorte de pastiche du texte de Molière, mis à la sauce de nos jours...

Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Une des plus fameuses répliques de la pièce

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog